IMAGEPASSION

IMAGEPASSION

Le sentier du Schlossberg

Départ de la promenade au barrage de Kruth-Wildenstein, un sentier abrupt mène au château. Prévoir de bonnes chaussures, escalade interdite de nuit, le site étant entouré de précipices.

 

 

 

 

Ici le profil du rocher est presque à angle droit. Il ne s'agit pas d'une formation naturelle du terrain. On peut imaginer une ancienne carrière qui fournissait des pierres pour les travaux d'entretien du château ou le pavage du sentier.

 

 

Le rocher constituait un obstacle... Regardez bien, il a été taillé de manière à ménager un large passage et une pente régulière pour accéder au château.

Ici, à 600m d'altitude, pluies et chutes de neige sont fréquentes et rendent ce passage rocheux très glissant. L'aménagement de "pas d'âne" permet aux animaux domestiques de prendre un meilleur appui sur le rocher. Il leur est ainsi plus facile de hisser leur lourde charge vers le sommet. Détail astucieux : ces rainures drainent l'eau dans une rigole latérale, évitant les inconvénients du verglas en hiver.

 

 

 

La construction de ce château est attribuée à Pierre de Bollwiller, dévoué au Comte de Ferrette, au début du XIVème siècle. L'histoire de cette forteresse fut tourmentée : en ruine au XVème siècle, elle fut reconstruite ainsi que probablement modifiée et agrandie au XVIème siècle.

Elle changea fréquemment de propriétaire, surtout durant la guerre de trente ans ( 1618-1648 ) qui opposa deux alliances : les Français ( alliés aux Suédois ) contre les Habsbourg d'Autriche et d'Espagne ( allié aux Lorrains ).

Cette guerre fut fatale au château : une archive nous indique que des pierres de taille furent prélevées et utilisées pour la reconstruction de l'église paroissiale d'Oderen et de maisons à Kruth.

1631, mise en défense du château, la garnison est portée de 25 à 150 hommes. Le 20 décembre 1631, l'Abbaye de Murbach donne l'ordre au gouverneur de Wildenstein de mettre en état la défense du château : 6 arquebuses à double crochets, 14 mousquets, 1 longue-vue, 4 hallebardes, 200 boulets de fer, 10 quintaux de plomb, 3 tonnes de poudre, 2 quintaux de mèches, 10 quintaux de fer, 20 pelles en fer, du charbon, 80 quarts de farine, 2 quarts de sel, 3 muids ( 804 litres ) de vinaigre, 8 tonneaux de vin, du fromage, du foin, de la paille. L'avoine devait arriver de Saint-Amarin en cas de besoin. La garnison était portée à 150 hommes provenant principalement du baillage de Guebwiller. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la sortie du tunnel on observe plusieurs aménagements creusés à même le roc : tout d'abord deux encoches verticales situées de part et d'autre. Deux hypothèses : soit elles servaient de glissières pour une herse, soit elles logeaient le cadre d'une porte. D'après l'espace aménagé au sol, cette porte aurait eu deux battants s'ouvrant vers l'intérieur du château.

 

Le mur d'enceinte du château avec une vue sur le lac de Kruth-Wildenstein.

 

 

L'emplacement de la chapelle en forme de demi octogone.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



29/09/2012
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres